Comment éviter les déchirures musculaires ?

COMMENT SOIGNER ET PRÉVENIR UNE DÉCHIRURE MUSCULAIRE

Combien de fois, en pratiquant des sports « froids », ou même simplement en faisant une secousse ou un mouvement brusque, avons-nous ressenti des douleurs musculaires intenses ? Il s’agit du « déchirement » gênant, qui se produit lorsque certaines fibres, parmi les nombreuses qui composent un muscle, se rompent à la suite d’un effort aigu. Un vrai croque-mitaine, surtout pour les athlètes.

Que se passe-t-il lorsqu’une déchirure musculaire se produit ?

Le muscle froid, précisément parce qu’il n’est pas préparé à l’effort, ou parce qu’il est trop fatigué, ne peut pas supporter un étirement excessif, pour lequel il n’a pas été préparé. Comment reconnaître une déchirure musculaire ? Le premier symptôme est toujours une douleur aiguë, presque « lancinante », dans la zone touchée. Plus il y a de fibres impliquées dans la déchirure musculaire, plus la douleur est atroce.

En général, on ressent immédiatement beaucoup de difficultés à bouger le muscle, qui est gonflé et contracté. En cas de déchirure musculaire, l’activité physique doit être immédiatement interrompue et la partie douloureuse doit être immobilisée. Malgré ce que vous pouvez penser, c’est particulièrement vrai dans les cas où la douleur est légère ! En fait, cela conduit à sous-estimer l’ampleur de la déchirure musculaire, ce qui prolonge l’effort et aggrave la blessure.

Pour comprendre ce qui se passe lors d’une déchirure musculaire, il suffit d’imaginer le faisceau de muscles comme une corde tirée de deux extrémités opposées. C’est comme une corde trop tendue : à force de la tirer, le muscle finira tôt ou tard par se casser ! Voici donc les blessures dues aux déchirures musculaires, qui peuvent être du 1er, 2e et 3e degré.

1) Blessure au 1er degré : au début, seules quelques fibres s’effilochent, parfois sans douleur. Le muscle se répare en restant au repos.
2) Blessure au 2e degré : si la tension augmente, davantage de fibres sont déchirées : le reste est accompagné de l’intervention d’un kinésithérapeute et de l’utilisation de crèmes anti-inflammatoires et anti-douleur.
3) Blessure au 3e degré : un faisceau entier de muscles est cassé : souvent, le chirurgien est nécessaire pour réparer la blessure.

Comment éviter l’apparition d’une déchirure musculaire ?


Les choses fondamentales sont les suivantes : échauffer les muscles avant le sport, bien se couvrir les jours de froid, faire des étirements après l’activité. Dans les prochains articles, nous vous donnerons des indications pour un échauffement et un étirement appropriés pour tous les différents secteurs musculaires.

Enfin, quelles sont les interventions les mieux adaptées pour réparer une déchirure musculaire ?


Nous avons dit que l’erreur la plus grave est d' »être des héros » et de continuer l’effort physique : la blessure va inévitablement s’aggraver. Les conseils à suivre sont donc les suivants :

  • Intervention de premiers secours : traiter la partie touchée par la déchirure musculaire avec de la glace. Cela permettra d’éviter que la blessure ne se propage. Évitez tout effort supplémentaire !
  • Consultez un médecin dès que possible. Afin de vérifier l’étendue de la déchirure musculaire, une échographie ou une IRM peut être utile ou nécessaire.
  • À la maison, la meilleure thérapie est le repos pendant une à deux semaines (deux fois plus longtemps pour les blessures du 2e et 3e degré).
  • Utilisez des médicaments utiles : anti-inflammatoires, anti-inflammatoires locaux et oraux et relaxants musculaires, qui facilitent la guérison des déchirures musculaires.